Master 2 Arbitrage & Commerce International - Université Paris-Saclay

Accueil

Présentation

Qui peut encore ignorer le droit de l’arbitrage international compte tenu de son importance sans cesse plus affirmée ? Discipline à la fois théorique et pratique, le droit de l’arbitrage international se devait de disposer d’un diplôme qui soit intégralement dédié à la maîtrise de ses logiques et à la connaissance de ses mécanismes. Le Master Arbitrage & Commerce International de l’Université de Versailles a pour ambition de proposer une telle formation, qui s’intègre désormais dans l’Université Paris-Saclay de laquelle relève l’Université de Versailles.

Une parfaite maîtrise du droit de l’arbitrage s’accompagne nécessairement d’excellentes connaissances du droit international privé et du droit du commerce international. C’est la raison pour laquelle le Master est conçu dans l’optique d’une parfaite symbiose entre d’une part, l’arbitrage international qui constitue un premier module dirigé par le Professeur Thomas CLAY et, d’autre part, le droit du commerce international, objet d’un second module dirigé par le Doyen Sandrine CLAVEL.

Pour parvenir aux meilleurs résultats et cultiver l’excellence, le Master, parrainé par d’éminents spécialistes de l’arbitrage et du commerce international (Bernard HANOTIAU, Gabrielle KAUFMANN-KOHLER, Mauro RUBINO-SAMMARTANO, Johnny VEEDER et Arnoldo WALD), bénéficie de partenariats directement liés à l’arbitrage et de la médiation.

Qu’ils soient universitaires ou praticiens, les intervenants du Master sont tous des acteurs reconnus dans le monde de l’arbitrage, de la médiation et du commerce international. Les meilleurs spécialistes partagent leur savoir et leur expérience avec les étudiants qui peuvent également compter sur leur soutien, notamment lors de la préparation des différents concours internationaux d’arbitrage et de médiation.

Directeurs

Directeur honoraire

Hommage à Mohamed Madkour

Le décès de Mohamed Madkour bouleverse ceux qui l’ont connu et notamment ceux qui, comme moi, ont eu le privilège d’être leur professeur. Mohamed est un des rares étudiants que j’ai rencontré avant même qu’il intègre le MACI, parce qu’il me poursuivait dans les locaux du centre d’arbitrage du Caire pour me faire part de sa motivation. Elle n’était pas feinte et elle s’est confirmée quand, une fois recruté, il s’est démultiplié au cours de son année universitaire pendant laquelle il a énormément progressé. C’est là qu’il s’est forgé à l’arbitrage et sa réussite aux différents concours de plaidoirie l’a montré. Son diplôme en poche, il a continué à être un inlassable promoteur du MACI dont, par sa seule présence, il devenait le meilleur ambassadeur.

De mes 25 ans d’enseignements, Mohamed fut l’un des mes étudiants les plus attachants, et l’un de ceux avec qui j’étais resté en contact, régulièrement. Il n’était pas rare qu’on se voit lors d’un de ses passages à Paris, qu’il me raconte l’évolution de sa carrière, qui allait vite et qui devait aller plus loin encore. Le Global Arbitration Revue vient de s’en faire l’écho : https://globalarbitrationreview.com/article/1170222/mohamed-madkour-–-1980-2018?gator_td=0Tctz9kmOLDPaegF47YhJfZ%2ffxwHwD%2fId3BAjcQHDm8jTkwXsjBNRcAbjBwOsazus7BE50usgwFq28un3UUClBR8%2f4vQJqsfr2t0JugcVy0XAnRaGClgI1iYWlONBzLsfLGmyKDK6AaMwonDWxxiHEgQlQBRd%2bAwek%2fsS1WpD4%2frICttNcz5OwXDNqdmfbDwm1MSyuTC5B22BYsDoC%2bkEWC%2bwIwxvvqXml67qHm2%2f3w%3d

La prochaine promotion du MACI portera son nom.

La nouvelle de sa maladie, puis de son ineluctable décès, a plongé tous ceux qui l’appréciaient et l’aimaient dans la sidération. J’étais de ceux là. Il n’est pas dans l’ordre des choses que nos étudiants partent avant nous.

C’est injuste et insupportable.

Plus jamais ça.

Thomas Clay.

 

logo paris-saclay